Amélie Bigler doit à nouveau faire face aux imprévus. À seulement 20 ans, la Leysenoude, qui a pris part à sa première Coupe du monde de slopestyle en fin de saison dernière, va devoir faire l’impasse sur l’hiver qui arrive, en raison d’une déchirure aux ligaments du genou.

Un diagnostic qui la frappe pour la deuxième fois. Elle connait donc le long chemin qui l’attend pour retrouver le plus haut niveau.

Un long chemin qui peut s’avérer parfois difficile sur le plan moral.

Subir deux blessures de cette gravité aussi jeune peut parfois laisser des traces, en ce qui concerne la motivation notamment. L’idée de ranger les skis définitivement n’est pas envisagée par Amélie Bigler. Mais c’est une éventualité qui ne lui fait pas plaisir.

Ce diagnostic met surtout un terme à tout espoir de prendre part à la compétition cette saison. Une déception pour celle qui a rejoint le cadre Challenger de SwissSki l’an dernier. Elle a même pris part en fin de saison passée à sa première épreuve de Coupe du monde. L’occasion de côtoyer les meilleures spécialistes de la discipline, comme c’est le cas à l’entrainement. Elle a notamment pu échanger avec la championne olympique Mathilde Gremaud, sur sa blessure qui la touche au genou.

Cette convalescence va passer par plusieurs étapes. De la stabilisation du genou jusqu’à sa musculation, tout va être mis en place pour que la Chablaisienne retrouve le haut niveau. Seul rayon de soleil dans cette grisaille, elle sait à quoi à s’attendre pour avoir déjà vécu ce processus.

En attendant de se rétablir et de reprendre sa prometteuse carrière, Amélie Bigler poursuit son cursus scolaire du côté du centre national d’Engelberg, dans le canton d’Obwald.