Le potentiel changement de nom du PDC Suisse fait grincer des dents en Valais. Les élus fédéraux sont plutôt opposés à la disparition du C, de chrétien.

Pourtant 48% des adhérents valaisans sont favorables à l’abandon de cette particule à connotation religieuse, selon un sondage interne publié aujourd’hui par la section nationale. Pour les sympathisants du parti, le nom actuel est un frein pour de nombreux électeurs. En outre, un changement de nom paraît une condition sine qua non dans l’optique d’une fusion avec le PBD, le parti bourgeois-démocratique.

Côté vaudois, le PDC semble davantage favorable au changement de nom dans le but de séduire un électorat plus large.

Au final, ce sont les délégués du parti qui trancheront sur le futur nom de la formation centriste. Ils devraient se réunir au mois de novembre.