Le Conseil d’Etat vaudois veut mieux encadrer l’activité des plateformes qui recensent les logements en ligne du type Airbnb.

Il entend ainsi limiter à 90 jours par an la durée pendant laquelle un loueur peut mettre son bien à disposition sur des sites d’économie collaborative sans en modifier l’affectation. Passé ce laps de temps, le loueur devra réclamer une autorisation administrative et avoir signalé son activité à la division logement du canton de Vaud au risque de s’exposer à des sanctions.

Dans son communiqué, le gouvernement précise qu’à l’instar d’autres cantons et communes, Vaud est entré en contact avec Airbnb afin de discuter des possibilités de mise sur pied d’un système automatique de prélèvement de la taxe de séjour. Une mesure jugée discutable, relève l’Association romande des hôteliers. Elle salue en revanche les autres propositions du gouvernement.