Les partis à l’origine de l’initiative populaire « Pour un canton du Valais sans grands prédateurs » ont finalement retravaillé leur texte. Alors que la Commission de Justice du Grand Conseil s’était prononcée en faveur de l’irrecevabilité totale de l’initiative, telle que présentée initialement, le CVPO et le SVPO l’ont élaguée.

Ils ont supprimé les mentions d’introduction et de mise en liberté de certaines espèces, qui étaient incompatible avec le droit fédéral. Bien que des désaccords sur la version francophone aient été mis en avant, le Parlement a validé la nouvelle mouture du texte.

Le peuple sera amené à se prononcer par la voie des urnes.